Aller au contenu principal
michael hirsch
Samedi 14 Mars
Je pionce donc je suis [ANNULE]
Michaël Hirsch

Après le succès de son premier spectacle Pourquoi ?, Michaël Hirsch revient présenter son nouveau one-man show sur le thème du sommeil. Avec l’humour décalé et poétique qui l’a fait connaître, il nous emmène cette fois-ci à la rencontre du personnage d’Isidore Beaupieu, employé de la grande entreprise Sanchez, qui devient malgré lui l’icône d’un mouvement révolutionnaire militant pour le droit au sommeil : les Sapionces.

Loin de se reposer sur ses lauriers, Michaël Hirsch tente ici de s’approprier un nouveau format, plus éloigné des traditionnels sketchs humoristiques, pour nous offrir une vraie dramaturgie en déroulant jusqu’au bout le fil d’une histoire. Si la densité des jeux de mots a diminué au profit du récit, l’univers dans lequel il nous entraîne, lui, n’a rien perdu de sa délicatesse onirique ni de sa tendre intelligence. Il faut, peut-être, un peu plus de temps pour se laisser emmener, car le début est encore un peu fragile et l’on peine à y trouver ses marques, mais au bout du compte, le plaisir est le même. Ce nouveau pari est d’autant plus réussi que le jeune humoriste est aussi un excellent comédien : il campe à lui seul une vingtaine de personnages drôlatiques et touchants, du grand patron Sanchez au commandant Couche-tôt, en passant par le Docteur Housse et Liccunu (merveilleuse imitation de Fabrice Luchini)… Et l’on sent, à travers le jeu, un profond désir d’entraîner le public dans un rêve commun.

S’il est un mot pour décrire la patte de Michaël Hirsch, une sensation qui demeure et ne nous lâche plus, c’est assurément la douceur. Son monde, sa plume, le message qu’il nous transmet sont, au-delà de tous les autres qualificatifs, d’une extrême douceur. C’est agréable. Simple. Reposant. Sans que l’on sache trop comment, ni pourquoi, quelque chose, immanquablement, naît dans la salle au cours de la représentation, et l’on en sort souriant, apaisé, avec le sentiment d’avoir fait un beau voyage… et l’envie de s’allonger un instant pour rêver encore.

 

Un conte moderne et universel. LE MONDE

Difficile de qualifier son spectacle de seule-en-scène, tant les personnages qui défilent, nombreux, sont incarnés avec une énergie et une tendresse égales. ELLE

La presse en parle

  • fauteuil Accessibilité Handicap Moteur
  • malvoyant Accessibilité Handicap Visuel
  • sourd Accessibilité Handicap Auditif
  • viasage Accessibilité Handicap Mental

PARTENAIRES

Logo Réseau Chainon Logo Haut parleur